General
Guide

Brain Basics - Cerveau : Les bases

1 Lesson Easy

About this course

How do women experience love vs. men?

This is a great question which requires the use various sciences to reply, and still hasn’t found a definite scientific answer.

To answer it you can use various sciences like:

- Anthropology: reproduction and genes transmission vs. safety need.

- Neuro -Sciences: the evolution o f the brain chemistry during a relationship.

- Evolutionary Psychology: how the past influences the present.

A precise answer would require a book, which by the way I should release this summer 2017 as an eBook.

Let us try, for the sake of this lesson, to stay simple and use the most common option amongst scientists: the one of the resources and services exchange. This can be expanded with the help of the brain’s chemistry regarding love perception.

Let us consider that humans are monogamous, and this still needs to be proven considering how many people do cheat on their partner, especially on Northern America, Europe, Australia, etc. Add to this the fact that the clear majority of species is polygamous and there is a reasonable doubt creeping in your m ind. Ok, let us say we are monogamous.

On that basis, it seems that regarding relationships we do look for a deal, an exchange of resources/services.

The woman will be looking for the man she considers the best to protect her and her offspring, till the y are available to live on their own (the human species is quite unique as being the only one walking on two legs, its pelvis is narrower and as such human children are born at a very early stage of their development. The human brain needs 24 years to end its development, this may help you understand some strange attitudes).

The protection the woman is looking for can differ from one to the other. For some centuries, the strongest men in the tribe had the highest reproduction chances. You can still find so me places on earth where young men need to prove their courage to get a go at the local girls. Nowadays power is money, status, et much more.

On the other hand, the man is going to look for the optimal one to expand his gene pool. Young, optimal reproduction body shape (it has been measured that the best hip/waist rati o is 70%).

And now we dive into the beauty of the brain. A kiss can be perceived as a very special moment between two lovers. For sure, it’s also a great time for their brains as both will use that kiss to analyse the global health of the other. Here is a first chemi cal selection! This happens once the partner has been selected, which depends of the situation/time of your life (want kids, needs safety, etc.). In the above -mentioned countries men are usually 4 years older than their partner. There are of course excepti ons.

Once the selection stage is over the relationship really starts and will keep going driving the brains through a long change of chemical cocktails (which for some have been measured as being the same cocaine users experience).

Men are mainly drive n by testosterone, as they have the highest level in their brains and bodies while women enjoy higher levels of oestrogens.

When you “fall in love” your brain gets bathed in a variety of chemicals you have no control over:

- The male level of testosterone drops while the oxytocin one raises, which makes the man more caring, affectionate and easy to live with.

- The female level of testosterone is rising, making her more “hot”.

3 to 9 month later it all stops. The man gets his usual level of testosterone back making him more sex driven, which bothers her. The same testosterone level drops in the woman’s brain making her more sensible, which is confusing for her partner. First hard time!

Not to be forgotten in a love story the good old sex. Yep! And here w e have a brain gender conflict.

Sex for the man is … sex. Period. A physical activity driven by testosterone. A one shot, if I may say so, or a long love story? Same thing, sex is sex for the male brain.

For the woman sex is a physical expression of love, an oxytocin high (men get oxytocin too but at a much lower level). A wave of trust, of self -giving. Everything, every act connected to this gift is her way to give love. Second hard time!

Love for the man? Reproduction to get services with a twist of sex to expand the gene pool.

Love for the woman? A self -giving act of reproduction in exchange for resources and a twist of trust.

Science doesn’t explain everything. No, let me rephrase:

The beauty of love deserves a bit of mystery. 

Comment les femmes perçoivent l’amour comparé aux hommes ?

Voilà une question qui fait appel à diverses sciences pour y répondre et qui provoque encore débat dans le monde scientifique.

Il y a effectivement divers volets qui en composent la réponse :

  • Anthropologie : reproduction et transmission des gênes vs. Recherche de protection.
  • Neurosciences : chimie du cerveau et évolution de celle-ci.
  • Psychologie- évolutionniste : comment notre passé influence notre présent.

Une réponse complète demanderait un livre complet, livre sous format eBook à venir bientôt.

Essayons pour cette leçon de faire simple et prenons la thèse la plus reconnue qui est celle de l’échange de ressources et de services, et complétons là par l’impact de la chimie du cerveau dans la perception de l’amour.

Si l’on considère que nous sommes monogames, et cela reste à prouver si l’on considère le nombre de relations hors couples qui existent, tout particulièrement dans les pays d’Amérique du Nord et d’Europe, Australie etc. N’oublions pas non plus que la plus grande partie des mammifères est polygame. Bref, partons du constat de la monogamie.

Il semble que notre espèce procède à un échange.

La femme va rechercher l’homme le plus à même à la protéger elle, et ses enfants jusqu’à leur indépendance (ici encore l’espèce humaine se différencie des autres : étant les seuls à nous tenir debout notre bassin s’est resserré, impliquant une naissance dans un stade de maturité moindre pour pouvoir laisser passer la tête et le corps, d’où un cerveau qui met 24 ans, si, si, à se finaliser).

Cette protection prend diverses formes. Il y a encore quelques centaines d’années les hommes les plus forts avaient le plus de chance de se reproduire. Voir certaines peuplades où les jeunes ne peuvent se reproduire avant d’avoir prouvé leur courage. Dans notre siècle le pouvoir est représenté par l’argent, la position, et bien d’autres choses.

L’homme de son côté va rechercher celle qui semble être l’optimale pour transmettre ses gênes. Jeune, formes féminines optimales pour la reproduction (les études ont donné un ration taille/hanches de 70%)

Et là on rentre dans les beautés du cerveau. Un baiser peut vous sembler sensuel, chaleureux, certes mais pendant celui-ci votre cerveau va analyser l’état de santé de l’autre ! Une première sélection par chimie interposée. Bien entendu au préalable et en fonction de l’étape de votre vie (besoin d’avoir des enfants, besoin de sécurité etc.) votre cerveau va mener sa décision sur des critères spécifiques (moyens, physique etc.). Pour dans les pays mentionnés plus haut l’homme est, en moyenne, 4 ans plus âgé que sa compagne. Il y a des exceptions !

Une fois la sélection passée commence la relation et une foultitude de changements de cocktails chimiques dans le cerveau.

L’homme est essentiellement piloté par la testostérone, c’est chez lui que le taux est le plus élevé. Chez la femme on va surtout trouver les œstrogènes.

Dans la phase “tomber amoureux” on va trouver un ensemble détonant de composés chimiques dans votre cerveau, sur lequel vous n’avez aucun contrôle :

Chez l’homme le taux de testostérone diminue alors que l’ocytocine monte, ce qui rend l’homme plus attentionné, tendre et plus facile à vire.

Chez la femme le taux de testostérone augment, rendent la femme plus “chaude”.

Par contre ce cocktail cesse d’être aussi violent au bout de 3 à 9 mois. L’homme reprend ses taux de testostérone normaux et redevient un peu plus obsédé, ce qui la gêne, elle. Tandis que le taux chez la femme diminue et la rend plus sage, au grand désespoir de son compagnon. Premier écueil !

Autre composante non négligeable de la relation amoureuse : le sexe. Ben oui ! Et alors là on ne joue pas dans la même cour.

Pour l’homme le sexe, c’est du sexe. Point. Une activité physique pilotée par la testostérone. Une affaire d’un soir ou une histoire plus longue ? C’est la même chose pour le cerveau masculin.

Chez la femme le sexe est une expression de l’amour, un shoot d’ocytocine (chez l’homme aussi mais avec un niveau bien plus bas). Une vague de confiance, de don de soi. Et tout ce qui est lié à cette expression est une manière de le partager.

L’amour pour l’homme ? De la reproduction en échange de services avec une touche de sexe pour se reproduire.

L’amour pour la femme ? Un don de soi pour la reproduction en échange de ressources avec une touche de confiance.

Mais bon, la science n’explique pas forcément tout, non disons plus tôt que :

La beauté de l’amour mérite un certain mystère.

Course Structure

ONLY FOR LOGGED-IN USERS

Perception

How do women and men perceive love ...

Comment les femmes et les hommes perçoivent l'amour ...
Pen
>